I-SITE : le projet FoRUniv présenté à un jury international

Le projet FoRUniv préselectionné au titre de l'appel à projets Idex/I-SITE (2e vague), sera présenté à un jury international le 21 février prochain, dans le cadre de la phase de sélection définitive. FoRUniv vise une structuration efficace et coordonnée du site rennais autour de la problématique de la « Société numérique et durable », pour créer une identité commune, accroitre l’attractivité du territoire, renforcer les partenariats et consolider sa reconnaissance internationale.

9 projets, 8 I-SITE et 1 IDEX, ont été évalués sur la base de l'examen d'un dossier et d'une audition.
  1. Evaluation du projet FoRUniv par le jury en phase de préselection
  2. Présentation du projet
  3. À Rennes, quelles thématiques sont-elles envisagées ?
  4. Comment ces recherches s'articulent-elles dans le paysage rennais ?
  5. Quel intérêt pour le territoire ?
  6. Quelles actions seront-elles mises en place dans le domaine de la formation ?

Evaluation du projet FoRUniv par le jury en phase de préselection

Le jury international présidé par Jean-Marc Rapp, Professeur à l'université de Lausanne et ancien Président de l'Association européenne des universités a procédé depuis mars 2016, à l'évaluation des projets de la vague 2 de l'appel à projets " Initiatives d'excellence / Initiatives Science, Innovation, Territoires, Economie" en vue de leur présélection. Les 9 projets, 8 I-SITE et 1 IDEX, ont été évalués sur la base de l'examen d'un dossier et d'une audition. Celles-ci se sont déroulées du 20 au 22 juin 2016.

Projet FoRUniv : 12 critères ont été évalués

Présentation du projet

Interview d'Yvan Lagadeuc, professeur des universités, l’un des co-porteurs de ce projet, avec le professeur Ronan Sauleau.

Yvan Lagadeuc, professeur des universités, est l’un des co-porteurs de ce projet, avec le professeur Ronan Sauleau. - © Laurent Guizard

À Rennes, quelles thématiques sont-elles envisagées ?

YL. Le projet rennais se construit autour de deux piliers. D’une part le numérique, qui concerne de nombreux laboratoires rennais et pour lequel le pôle de compétitivité Images et Réseaux, la technopole Rennes Atalante ou encore l'IRT b<>com offrent un lien avec l’activité économique sur le territoire. D’autre part, l’environnement – au sens large qui inclut le développement durable et les sciences de la Terre –, marqué par des forces académiques telles que l’Osur, l’Inra, Agrocampus… et le pôle de compétitivité Valorial.

Comment ces recherches s'articulent-elles dans le paysage rennais ?

YL. Ces deux piliers thématiques s’appuient sur de nombreux atouts locaux. Les sciences humaines et sociales comptent 50% des étudiants rennais. Côté recherche, elles présentent de fortes interactions avec le numérique – comment se soucier de cybersécurité sans parler de droits ? – et avec l’environnement – par exemple  l’aménagement des villes croise des questions de géographie, d’économie et de gestion des ressources naturelles. La chimie est un atout, par la production de composés utiles au numérique et par le développement de la chimie verte. La santé publique et les technologies pour la santé le sont également, comme le marquent déjà les travaux menés dans les Labex tels que Cami et CominLabs ou les études de l’Institut de recherche en santé, environnement et travail (Irset).

Yvan Lagadeuc. Les Initiatives Science-Innovation-Territoires-Économie (I-SITE), créées dans le cadre des programmes d’Investissement d’avenir (PIA) ont pour objectif de coordonner la dynamique des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Il s’agit de mettre en valeur la qualité des travaux, sur des champs thématiques restreints, et présentant des partenariats économiques sur le territoire. Ce groupe identifié devra entraîner dans la même dynamique les autres compétences locales

Quel intérêt pour le territoire ?

YL. L’I-SITE rennaise impliquera la majorité des acteurs locaux de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le projet "Fondation Rennes Université" est pensé comme un élément d’innovation et de développement du territoire, qui renforcera les collaborations avec les entreprises. Il déploiera des actions spécifiques en faveur de l'entrepreneuriat à partir des projets et des nombreux incubateurs présents dans nos établissements. Il favorisera l'émergence et la croissance des start-ups par le renforcement du partenariat avec des structures telles que Rennes Atalante, la French Tech Rennes Saint-Malo ou encore la SATT Ouest-Valorisation. Il permettra de mieux structurer les plates-formes et halles technologiques du site et de renforcer l'expression d'une offre de services de qualité.

Quelles actions seront-elles mises en place dans le domaine de la formation ?

YL. L’I-SITE contribuera à renforcer les cursus et en créer de nouveaux, afin que les formations données à Rennes soient mieux reconnues au niveau international. Les universités et écoles rennaises seront un lieu d’expérimentation pour de nouvelles méthodes de travail et pour le renforcement des usages des technologies numériques, en s’appuyant notamment sur l’expérience des Idefi (Initiatives d’excellence en formations innovantes). L’alternance est aussi un support à développer afin d’impliquer les entreprises dans la co-construction des cursus de formation de leurs futurs collaborateurs.